Les adaptations

Mis à jour : févr. 3

Bonjour ! Bonne année, hein !

Bon, quand on voit l’ambiance actuelle et le troisième confinement qui se profile, on ne va pas se mentir très longtemps et se souhaiter plutôt une bonne survie mentale.


De mon côté, le début d’année a été marqué par des évènements pas très cools en plus d’un déménagement chaotique alors j’ai mis de côté ce blog pour faire la part des choses. Mais comme il faut bien avancer et que je n’ai pas de boulot pour me défouler, autant le faire ici en papotant avec vous. Enfin en faisant mon monologue qui me fait rire en espérant que quelqu’un tombe dessus et que ça le fasse rire aussi.

Bref, aujourd’hui, je vais parler d’un sujet qui fâche pour bien reprendre : les adaptations !


Je n’ai jamais compris pourquoi les adaptations ont toujours déclenché tant de passion parmi les « grands lecteurs » qui les rejettent en bloc. On est d’accord, elles sont de qualités très inégales mais elles ont le mérite de faire découvrir des œuvres aux gens qui ne s’y intéresseraient pas forcément. On l’a bien vu avec la série Lupin de Netflix où tous les racistes de France se sont ramenés dans le débat des adaptations parce que pour eux, Lupin ne peut pas être noir sans même s’être intéressé au scénario de la série qui modernise les livres en créant un Lupin des banlieues. Je ne l’ai pas encore vue, je suis en plein drama coréen génial mais je la testerai après.

Quand Sherlock est sorti il y a quelques années (l’adaptation avec Cumberbatch), ça a été la même histoire : on ne peut pas faire du moderne avec de l’ancien ! IM-PO-SSI-BLE ! Pourtant, ça a super bien marché, tant commercialement que scénaristiquement.

Du coup, pourquoi les puristes s’accrochent tellement aux bouquins au point de refuser toute adaptation ? C’est bien souvent par elles qu’on découvre des œuvres maintenant tellement le marché du livre est surchargé de parutions et de rééditions. Sans les films de Peter Jackson, je n’aurais jamais découvert les univers de Tolkien et de la fantasy en général. Sans les adaptations BBC, pas de Jane Austen non plus. Sans les animes, ma fratrie n’aurait jamais acheté Naruto et je n’aurais jamais lu Death Note. Sans les dramas, je n’aurais jamais eu l’idée d’aller voir du côté de la littérature classique d’Asie comme La Pérégrination vers l’Ouest. Sans les jeux vidéo, je n’aurais jamais lu Sapkowski ou Glukhovski. J’ai encore plein d’exemples du côté du positif mais je m’arrête là.

Bon, après, on a de très mauvaises adaptations. Genre le Death Note de Netflix ou les Hobbit de Jackson. Là, je peux comprendre que ça grince des dents avec les dénaturations ignobles des histoires de base.

Mais ça fait quand même parler de l’œuvre de base alors c’est quand même de la pub. Du coup, je ne comprends pas pourquoi les puristes en veulent tellement aux adaptations. À moins qu’ils veulent simplement rester dans leur « élite » littéraire à disserter verbeusement sur leur œuvre favorite et refusent de voir des « noobs » de la littérature s’emparer de leurs sujets de prédilection ? Ça serait bête si c’est uniquement pour cette raison. La littérature est faite pour être lue, débattue (dans le respect, hein, pas la peine de se jeter des bouquins à la tronche pour autant !), relue, adaptée aussi. Chaque lecture est une adaptation de toute façon : chacun comprend les mots à l’aune de ses propres réflexions et des sentiments qui le portent au moment de sa lecture.

Une adaptation ciné ou autre donnera simplement un autre prisme de lecture de l’œuvre, la modifiera en coupant ou rajoutant des scènes pour rentrer dans ce cadre et dans les contraintes de temps d’un film ou d’un épisode. Prenons un exemple qui parlera à tout le monde : Sherlock Holmes. Ses aventures ont été adaptées à de multiples reprises et à chaque fois, les acteurs qui l’ont incarné lui ont apporté une dimension différente : pour Sherlock, Cumberbatch s’est vraiment attaché au côté loufoque, Robert Downey Jr s’est plus concentré sur sa réflexion dans l’action, quant à Miyazaki, il en a fait un chien. À chaque fois, on part de la même enquête, des mêmes personnages, des mêmes lieux. Et pourtant, à chaque fois, ça change d’une adaptation à l’autre, il suffit de chercher un peu et on trouve une adaptation de ce héros parfaite pour notre humeur du moment.


Je parle surtout de grosses adaptations de livres hyper connus parce que c’est surtout elles qui font parler. Ce qui est étrange, c’est qu’on tape beaucoup moins sur des adaptations de livres moins connus ou beaucoup plus récents. Bon, je laisse totalement de côté les mangas adaptés en animes, je n’y connais rien et vu ce que je lis sur Twitter, je n’ai pas envie de me pencher sur le sujet (je suis presque dégoûtée de ce type de littérature parce que « t’es une fille alors c’est pas pour toi » ou « nan mais ce que tu lis, c’est de la merde, tu peux pas dire que tu aimes les mangas si t’as pas lu tel ou tel truc », ce qui me rappelle beaucoup les puristes de la littérature classique).

Après, niveau livres « récents », la dernière polémique dont j’ai entendu parler, ça a été la série The Witcher, et encore, c’était plus les gamerz qui hurlaient sur le physique des actrices (et pas des acteurs, on se demande pourquoi !) que sur les incohérences folles du scénario ou l’absence de dates à chaque changement de personnage et de temporalité (heureusement que j’ai lu Sapkowski, ma sœur était paumée et je lui ai servi de narratrice pour qu’elle puisse suivre l’histoire).


Mais sinon, j’ai bien envie de faire un petit récapitulatif des plus et des moins des adaptations, histoire de tout mettre au clair.


Les + d’une adaptation

-Gratuité de l’adaptation quand c’est une série ou très abordable quand c’est sur une plateforme de streaming (légale, je précise) ou au ciné (une place est toujours moins chère qu’un livre grand format, enfin, pour le moment)


-Touche un autre public que les lecteurs habituels : permet de faire découvrir l’œuvre en question et des ventes de livres


-Fait découvrir des acteurs dont on va voir la bio et donc la filmographie (quand on est subjugué par leur physique notamment mais ça ne m’arrive jamais, bien sûr) on va découvrir d’autres films et donc potentiellement d’autres livres adaptés


-Plus un héros/un livre est connu, plus il y a d’adaptations et plus on multiplie les points de vue sur ledit héros/livre, ce qui apporte de la profondeur à nos (re)lectures


-Permet d’éviter les descriptions à rallonge d’auteurs du genre Hugo grâce à des visuels directs (oui, parce que les auteurs (français ou autres d’ailleurs) du XIX° sont insupportables avec leurs descriptions de cinquante pages)


-Aide les collégiens/lycéens à tricher allégrement sur leurs contrôles : puisqu’elle donne les étapes clefs du livre, plus besoin de le lire, pas vrai !


Les - d'une adaptation

-Pas toujours très fidèle à l’œuvre originale


-On reste marqué par la vision du film/série/autre (apparence des décors et des persos par exemple) et ça influe sur notre lecture si on la commence très peu de temps après le visionnage


-Est parfois un peu merdique, on ne va pas se le cacher


-Le format choisi influe forcément sur les choix faits par les réalisateurs, ce qui n’est pas toujours une bonne chose (j’ai encore la haine de la pseudo-romance Galadriel-Gandalf dans le Hobbit qui oblitère totalement Celeborn)


-Forcent à lire le livre quand on l'a adoré et qu’on est comme moi à ne pas pouvoir résister à l’envie d’aller voir l’œuvre originelle (bon, c’est un plus mais c’est aussi un moins pour le porte-monnaie !)


Voilà mon avis sur la question mais je n’ai toujours pas la réponse à ma question concernant les opposants aux adaptations par contre. Je crois que ça va rester un mystère pour moi, autant que les gens qui aiment Flaubert ou Hugo de leur propre chef et qui ne font pas genre pour bien se faire voir. Je plaisante pour Flaubert et Hugo, chacun ses goûts et si ces auteurs vous plaisent, j’en suis très heureuse pour vous ! Mais il va vraiment falloir me dire ce qui vous plaît tant chez eux, ça me convaincra peut-être de réessayer de les lire.


PS : voilà le lien de l'artiste qui a fait l'image de présentation : https://pixabay.com/fr/users/mohamed_hassan-5229782/

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2020 Le Grenier d'Elinwë. Créé avec Wix.com

  • Canada-jay-303908_640
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now