• Elinwë

Calendrier de l'Avent 2020 jour 5

Que diriez-vous de vous plonger dans l’Imagination aujourd’hui ? de faire un peu de Dessin et d’arpenter les Spires ?

Aujourd’hui, plongée dans l’univers de Pierre Bottero, un auteur que j’ai immédiatement adoré alors que je partais sur un « mouais » avec la couverture du premier tome de La Quête d’Ewilan.

Que vous dire sur cet auteur ? Déjà, il a créé un de mes personnages favoris avec Gollum (aucun rapport avec la choucroute, je sais) avec Ellana Caldin qui me faisait baver d’envie avec sa liberté quand j’étais une pauvre lycéenne qui faisait des crises d’angoisse à l’idée du bac (la grosse blague). Ensuite, c’est un des auteurs français qui m’ont accompagnée sur le long, très long, chemin de l’adolescence et qui m’ont apporté beaucoup niveau réflexion et façon de voir les choses. Et enfin… Ellana, quoi !

Oui, j’ai un gros problème avec elle, je sais. Mais franchement, je crois que c’est un de mes premiers coups de foudre littéraire, c’est vraiment un personnage qui me parle et pas un archétype qui est fait pour plaire au plus grand nombre.

Mais bref, monsieur Bottero n’a pas écrit que dans l’univers de Gwendalavir (La Quête d’Ewilan, Les Mondes d’Ewilan et Le Pacte des Marchombres) mais ce sont vraiment ces trilogies qui m’ont marquée, plus que L’Autre que j’avais moins apprécié parce que je n’étais pas dans l’humeur d’aimer quelque chose qui se passait dans notre bon vieux monde la plupart du temps.

Franchement, si vous hésitez entre offrir Harry Potter et autre chose, choisissez La Quête d’Ewilan sans vous poser de question. C’est très bien écrit, il y a le même thème de départ de l’orphelin qui découvre que ses parents étaient en fait des magiciens (des dessinateurs ici) et qu’ils ont disparu mystérieusement. Bon, ici, Camille Duciel, ou Ewilan Gil’ Sayan de son vrai nom, a été abandonné à des parents adoptifs aussi peu aimants que les Dursley mais elle apprend vite qu’elle a des pouvoirs magiques en se téléportant près d’une créature monstrueuse avant de revenir comme si de rien était sur Terre (quand on pense à ce blaireau de Harry qui doit attendre ses dix-sept ans pour tenter la transplanation ! il peut aller se rhabiller ! (pas taper, je plaisante !).

J’avoue que le début de D’un monde à l’autre m’a laissée pantoise : la fille se téléporte dans un autre monde en manquant de se faire renverser et revient direct sur Terre pour se faire poursuivre avec son ami par des araignées géantes avec des tentacules avant de retourner dans l’autre monde, Gwendalavir. Pas clair tout ça ? Le livre le raconte beaucoup mieux que moi, je vous rassure !

Ce que j’ai beaucoup aimé dans La Quête d’Ewilan et qu’on retrouve dans les autres trilogies liées à Gwendalavir, c’est l’esprit communauté qui rappelle beaucoup celle de la Communauté (de l’Anneau, je précise si le C majuscule ne vous a pas aidé) avec beaucoup plus d’humour et d’humanité. Tous les personnages sont attachants avec leur caractère propre et on ne peut que craquer devant le mauvais caractère de vieil aigri de Duom Nil’ Erg (oui, on peut adorer ça en littérature, comme quoi, tout existe !), les malheurs de Bjorn qui veut bien faire mais est très maladroit ou encore le mystérieux Edwin Til’ Illan (c’est trop un darksasuke, ça plaît forcément aux jeunes gens en fleur !).

Ce qui est bien aussi, en dehors de la création de tout l’univers de Gwendalavir avec ses coutumes, ses guildes, sa bouffe, c’est le concept du Dessin, la magie de ce monde. J’ai beaucoup aimé le principe d’équilibre qu’il faut pour être un bon dessinateur et le fait que chacun est unique (pas comme chez HP où tout le monde apprend les mêmes sorts bêtement) avec sa propre sensibilité.

Bon, on ne va pas se mentir, ma trilogie préférée que je relis encore régulièrement, c’est Le Pacte des Marchombres. D’abord parce que c’est la plus adulte de toutes, ensuit parce que, oui, Ellana est le personnage principal mais surtout parce que ça parle des marchombres et que c’est trop cool de voir un peu leur apprentissage et l’histoire de la guilde. Et pour Ellana (oui, si elle avait existé, je l’aurais demandé en mariage direct).

Ce qui est nul (enfin, c’est trop bien mais pas pour le portefeuille), c’est que toutes ses trilogies majeures sont liées plus ou moins à Gwendalavir et qu’on en apprend un peu plus à chaque tome parcouru donc si on veut connaître tout ce qu’il y a à savoir, il faut avoir tout lu (logique, en même temps).

Ce qui est plus triste, c’est que le décès de Pierre Bottero l’a empêché de faire le lien entre les trilogies alaviriennes (qui parlent purement de Gwendalavir avec des passages en France) et L’Autre. Il y a bien eu Les Âmes croisées pour commencer à le tracer mais je trouve que ce roman pose beaucoup plus de questions qu’il n’en résout, ce qui est normal quand on sait qu’il devait y avoir une suite à l’origine. Rassurez-vous, le roman est quand même super bien mais je ne sais pas si c’est uniquement pour moi, mais je trouve ça bizarre de lire la dernière œuvre d’un auteur (surtout si c’est inachevé comme ici) et de se dire « ça y est, j’ai fini de lire cet auteur ».

Mais sinon, pour parler de choses plus légères, je vous conseillerais un ordre de lecture différent de celui des parutions et des trilogies si vous voulez suivre l’histoire de Gwendalavir dans l’ordre (mais l’ordre des trilogies est aussi très bien si vous aimez bien découvrir les épisodes tels qu’ils ont été écrits à l’origine) :

1) Le Pacte des Marchombres, tome 1 : Ellana

2) Le Pacte des Marchombres, tome 2 : Ellana l’envol

3) La Quête d’Ewilan, la trilogie

4) Les Mondes d’Ewilan, la trilogie

5) Le Pacte des Marchombres, tome 3 : Ellana la prophétie

6) L’Autre, la trilogie

7) Les Âmes croisées


Petite précision, je sais que l’auteur a écrit beaucoup d’autres livres jeunesse en dehors des trilogies dont je parle mais je n’ai jamais eu l’occasion de mettre la main dessus alors je ne peux rien vous en dire sinon que ça doit être bien vu qu’il écrivait bien (ceci est totalement subjectif et hypothétique, au cas où).


PS : Je vous partage en image de présentation la carte d’Alain Janolle (que je ne possède bien sûr pas alors si vous la repartagez à votre tour, dites que c’est de lui, s’il vous plaît !)

PPS : J'espère que cette fois, la publication se fera bien le 5 décembre (il me reste encore quarante minutes pour ça quand j'écris !)

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout